AS22PLOUGUENAST

09 février 2017

Jean michel Quéré

jean-michel-quere-reprimande-foline-rends-moi-mon-maillot_3285989_439x330p

http://www.letelegramme.fr/cross-country/une-vie-a-travers-champs-08-02-2017-11393636.php

Depuis le début de la saison de cross-country, Jean-Michel Quéré, 43 ans, a tout gagné dans la catégorie masters. Quand il ne court pas dans les champs, l'agriculteur de Trémorel (22) y travaille.

Dimanche, à Mortagne-au-Perche (Orne), Jean-Michel Quéré a remporté la demi-finale des championnats de France de cross-country. Dans trois semaines, il sera à Saint-Galmier (Loire) pour les championnats de France où il visera un top 15. Une performance qu'il a déjà réalisée par le passé et qui inspire le respect lorsqu'on connaît son métier.

« Il y a du boulot »


Le Costarmoricain tient une exploitation agricole à Trémorel où il produit des bovins, des vaches allaitantes et de la volaille. « Il y a du boulot », reconnaît le crossman de l'Athlé Sud 22 qui, à titre d'exemple, avait passé une nuit blanche quelques jours avant sa victoire dans l'Orne. « J'avais des poulaillers à nettoyer. »

Jean-Michel Quéré ne se plaint pas. Il aime ce métier qu'il a choisi, mais où l'on ne compte pas ses heures et qui semble incompatible avec une activité sportive, surtout au niveau où le Costarmoricain la pratique.

15 ans sans sport et 15 kg de plus


Ses excellents résultats à la quarantaine passée, le principal intéressé était loin de les imaginer lorsqu'il arrêta l'athlétisme à 21 ans pour reprendre l'exploitation familiale à Trémorel. « Ce n'est pas le boulot qui a manqué. D'autant que, nous les paysans, on veut tout faire nous-mêmes : les bâtiments, la mécanique... »

Durant 15 ans, Jean-Michel Quéré abandonne totalement le sport. Jusqu'au jour où un copain le sollicite pour courir le 10 km de Plumaugat. « J'ai hésité car, comme je ne fais jamais les choses à moitié, je savais que je n'allais pas faire ça en dilettante. J'ai dit oui et j'ai repris l'entraînement sérieusement. » Mais avec 15 kg de plus qu'aujourd'hui, la reprise fut difficile. « Les deux premières années n'ont pas été exceptionnelles. Quand je suis revenu en forme, j'étais masters. » Depuis quatre saisons, le crossman court avec bonheur dans la catégorie des plus de 40 ans.

À l'arrêt le printemps et l'été


Son secret pour concilier son sport et son métier ? Le soutien de son épouse, qui accepte de gérer l'exploitation les jours de course, et une motivation sans faille. « J'ai un métier compliqué mais en même temps, j'ai la chance d'être mon propre patron. Je cours tous les jours, soit le midi, soit après 20 h à la lampe frontale. »

Ce régime, Jean-Michel Quéré ne se l'impose que durant la saison de cross. Le printemps et l'été, ce père de trois enfants stoppe tout. « Arrêter me redonne une nouvelle motivation pour l'hiver suivant. Et si j'imposais la course à pied toute l'année, il n'y aurait plus de vie familiale ».

Les années passant, le nº1 breton songe à ranger définitivement ses pointes. « J'avais dit que j'allais lever le pied cette année, mais comme je suis champion de Bretagne, je vais repousser d'une saison encore. » Par amour des champs..


© Le Télégrammehttp://www.letelegramme.fr/cross-country/une-vie-a-travers-champs-08-02-2017-11393636.php#PPcFFZb4EU12b4RX.99

 

Posté par as22plouguenast à 20:30 - ARTICLES DE PRESSE - Commentaires [0] - Permalien [#]

Commentaires sur Jean michel Quéré

Nouveau commentaire